Cooltext157743902330920                                                                                         

 

parents

Prendre le temps, mais pour quoi faire ? Et si on passait à côté…

 

Pere enfant

 

 

S’il est une denrée de plus en plus rare, c’est celle de pouvoir ‘prendre le temps’ pour soi, pour ceux qu’on aime, pour vivre sereinement. Vous avez remarqué ? Tout le monde est pressé… même pendant les vacances. Et pourtant, en agissant ainsi, on passe souvent à côté de l’essentiel.

Ceci me fait penser à une petite histoire que j’ai entendu il y a quelques années :

Un homme arrive chez lui un soir, fatigué après une dure journée de travail, pour trouver son petit garçon de 6 ans assis sur les marches du perron.

Son garçon est tout content de le voir, le salue et lui demande aussitôt, Papa, combien es-tu payé pour une heure de travail ?
Le Papa est étonné de cette question et lui dit 15 euros.

Lire la suite

Mémo d’un Enfant

 

Enfant regardToi qui m’aime, ne me gâte pas trop.

Je sais bien que je ne peux obtenir tout ce que je veux, j’essaie seulement.

N’aies pas peur d’être ferme avec moi.
J’aime mieux quand tu l’es, car je me sens en sécurité.

Ne me laisse pas avoir de mauvaises habitudes.
Si j’en ai, c’est à toi de me les faire perdre pendant que je suis jeune.

Lire la suite

L’enfant oublié : une enfance passée dans le coin de la désaffection

 

Enfant oublie

 

L’enfant oublié, celui qui n’a pas été aimé par ses parents, se trouve dans le coin de la désaffection et de l’oubli. Il y restera pendant des décennies, indépendamment du fait qu’il soit déjà devenu adulte, car quand on sent que son enfance a été volée et que tout amour a été nié, un lien continue d’exister entre l’adulte actuel et l’enfant affamé et triste d’hier. Ce traumatisme aux dimensions gigantesques reste toujours présent.

Lire la suite

Un esprit ouvert est prêt à apprendre

 

PapaIl est fort intéressant de découvrir ce qu’est apprendre. Nous apprenons, dans un livre ou grâce à un professeur, les mathématiques, la géographie, l’histoire, nous apprenons où se trouvent Londres, ou bien Moscou ou New York ; nous apprenons comment fonctionne une machine, ou comment les oiseaux font leur nid, s’occupent de leurs petits, et ainsi de suite. Nous apprenons grâce à l’observation et à l’étude. C’est une des manières d’apprendre.

Mais n’y a-t-il pas aussi une autre manière d’apprendre – qui passe par l’expérience ?

Lire la suite

Comment l’âme de l’enfant choisit ses parents et sa famille

 

Choix bb

Pour évoluer, notre âme vient sur Terre à plusieurs reprises. Pour ceux d’entre vous qui explorent la réincarnation, je vous invite à explorer l’idée qu’une âme naît dans un corps (différent) durant de nombreuses vies.

Je pense qu’une fois que l’âme a pris la décision d’avoir (une autre) incarnation terrestre, la première étape consiste à décider de la nature de la vie qu’elle veut. Cela dépend de la leçon qu’elle souhaite apprendre.

Lire la suite

Un enfant a besoin d’être heureux, pas d’être le meilleur

 

Fillette chapeau

 

Adrien est un enfant du XXIème siècle. Il a deux parents qui travaillent beaucoup pour pouvoir payer la maison dans laquelle ils vivent, les voitures grâce auxquelles ils se déplacent et les quelques jours de vacances qu’ils prennent par an. Pourtant, cela ne dérangerait pas Adrien d’avoir un salon plus petit, une voiture un peu plus lente et sans sièges en cuir, ou un futur un peu plus incertain, à partir du moment où il aurait la chance de passer plus de temps avec ses parents.

Lire la suite

Être en relation, c’est Aimer

 

Amour

Très chers amis humains,

Il y a toute sorte de relations sur Terre. Des relations de couple, des relations de parents à enfants, des relations d’amitié. Il y a aussi les relations avec les animaux, les plantes, la Terre. Aujourd’hui, nous vous invitons à observer que derrière toutes ces relations, lorsqu’elles sont harmonieuses, il y a l’Amour. Non pas cet amour conditionnel basé sur ce que vous demandez et recevez, mais bien un Amour inconditionnel, un Amour qui fait que vous Aimez malgré tout, vous aimez pour le simple fait, la simple joie d’Aimer.

Lire la suite

Ce qui change après la mort des parents. Un texte à lire par tous !

 

DepartQuel que soit l’âge auquel on perd ses parents, le choc n’en est pas moins grand. On a beau être un adulte responsable, devenu soi-même parent, on reste toujours au fond de nous un enfant qui a besoin d’être protégé par ses parents. Si bien que quand l’un d’eux disparaît, on se sent livré à nous-mêmes. La douleur et le sentiment de solitude sont d’autant plus poignants qu’ils sont irrémédiables.

Entre parler de cette mort et la vivre, il y a un monde

Lire la suite

La guérison de l'enfant intérieur - Méditation guidée

 

Enfant interieur

 

La guérison de notre enfant intérieur est primordiale pour notre évolution personnelle et spirituelle. Il est important de savoir que tout s’imprime dans la conscience. Après, c’est une question de mémoire. Nous sommes des consciences, et nous voyageons, à travers l’espace et le temps, dans des mondes en évolution. Notre conscience Divine, avec le support de notre âme, choisit des incarnations afin d’apprendre, d’évoluer et d’enrichir de ces expériences la Création entière.

Même si nous avons oublié ces différentes imprégnations, il est possible, en méditation, en nous reliant à notre Présence Sacrée, ou avec un accompagnant, en état modifié de conscience, de retrouver ces mémoires, afin de soigner les chocs émotionnels accumulés lors du parcours de notre âme.

La première impression marquante, au début de l’incarnation, s’implante au moment de la conception, c’est à cet instant que l’âme rencontre la matière. Or, comme l’âme avait commencé à oublier ses origines de lumière en s’approchant de la densité physique, elle a été influencé par les sensations venues de l’extérieur, émises par les vibrations de ses parents humains. Souvent, l’âme, lors de la conception, confond la matière avec les émotions et le monde intérieur des parents, d’où les différentes difficultés à s’incarner, si la conception n’est pas faite en conscience et dans l’amour. A différents degrés, cela concerne tout le monde, car nous vivons dans un monde imparfait, où chacun a des limites (l’expression de l’amour conditionnel).

Lire la suite

Le Jardin de l’enfant

 

Enfant interieur

S’ouvrant sur le monde, le regard de la conscience pointe le bout de son nez ici sur terre.

Un enfant né sous les influences les plus propices émerge du sanctuaire de sa mère. Le voici plonger dans le bain de la manifestation de la vie, il en est l’étoile qui s’ouvre à ce corps et entrevoit l’horizon éclairé des possibilités. Cet enfant s’appelle James, il s’ouvre à la vie avec la particularité d’être ce que l’on considère un saint. Appelé par les astres à devenir ce que la terre a souhaité de plus beau, l’enfant lui souris à la vie dès son premier souffle, il s’incarne d’une paix profonde et d’une joie sincère. À la découverte de ce miracle de la naissance, l’enfant se tient déjà sur ses deux jambes, d’un pas peu rassuré, il s’ouvre déjà à une vie qui lui sera pour sûr une félicité. Pourtant il ne sait pas encore ce qu’il l’attend, mais la vie sait elle que tous les pouvoirs résident déjà en lui afin d’éclairer son chemin et le chemin des autres.

Lire la suite

« Ne pleure pas » n’est PAS la réponse adéquate face à un enfant en larmes

 

Llanto de nina por karin taylor

Habituellement, quand nous voulons apaiser l’angoisse d’un enfant qui a chuté ou qui se met en colère, nous utilisons des phrases du type : «ne pleure pas», «il faut être courageux-se», «les hommes ne pleurent pas», «tu crois que c’est en pleurant que les choses vont aller mieux ?», etc.

Avons-nous pris le temps de penser aux conséquences de ces phrases ? Nous ne disons pas seulement NON à la conduite, nous disons également NON à l’enfant et à ses émotions. Nous leur apprenons à les réprimer au lieu de les exprimer et cela a sans aucun doute de graves répercussions sur son développement et sur celui de la société.

Lire la suite

Le deuil qui n’a pas de nom

 

Tristesse

Il y a des deuils qui marquent et qui laissent sans voix. Il y en a d’autres pour lesquels il n’y a pas de mots. Vous pouvez être orphelin(e) ou veuf(ve), lorsque vous perdez un enfant, vous vous rendez compte que rien ne peut exprimer ce que vous ressentez. C’est ce que l’on appelle le deuil qui n’a pas de nom.

Un deuil qui vous blesse de l’intérieur, car vous avez perdu une partie de vous, une partie sur laquelle vous avez construit votre vie. Et votre vie a donc perdu une partie de son sens, car il n’y a plus que culpabilité et reproches, car vous auriez dû partir avant, vous auriez dû être meilleur(e) pour qu’il ne meurt pas.

Lire la suite