Cooltext157743902330920                                                                                         

 

Quand trop aimer signifie dépendre

 

Coeur enchaine

 

Le mot «dépendre» fait référence au fait d’être sujet-te à certaines conditions, limitations ou restrictions que nous impose notre moitié. Par exemple, pour vivre, nous dépendons de la nourriture, de l’eau, du sommeil, de la respiration etc.

Ici, nous parlons donc de besoins absolus, sans lesquels personne ne pourrait survivre «réellement». C’est totalement raisonnable et bienfaisant de se rendre compte que nous avons besoin et dépendons de certaines choses pour vivre.

   D’autre part, nous avons les besoins relatifs desquels nous ne dépendons pas car ce ne sont rien d’autre que des préférences qui rendent la vie un peu meilleure, mais sans lesquelles nous pourrions toujours vivre notre vie normalement.

Par exemple, si je veux enfoncer un clou dans le mur, ce serait idiot de dire que j’ai absolument besoin d’un marteau, puisque je peux l’enfoncer avec un autre objet, comme par exemple, une lourde pierre. Le marteau est un besoin relatif, même s’il est préférable à la pierre puisqu’il est bien plus confortable, bien sûr.

Une fois cette différence comprise, il est simple de la transposer au psychologique et notamment à l’amour. Nous pensons, à tort, que nous avons besoin de l’amour pour être heureux-ses ou pour survivre. Même si des études ont été réalisées à ce sujet, personne n’a encore pu conclure que le bonheur ou le manque de bonheur étaient dus au fait d’avoir connu l’amour ou pas dans leur vie.

Si nous pensons que nous avons besoin de l’amour dans notre vie et plus encore, de l’amour de quelqu’un en particulier, nous finirons par dépendre de cette personne, comme si notre vie ne pouvait pas suivre son cours normal si cette personne n’était pas avec nous. Dépendre, c’est s’enchaîner.

   Nous avons besoin de cette personne comme de l’eau pour nous hydrater et survivre, mais ce besoin est complètement inventé par notre esprit.

Comment savoir si j’aime ou si je dépends ?

Il existe plusieurs pistes qui peuvent vous aider à vous rendre compte que vous êtes en train de tomber dans les griffes de la dépendance affective :

Vous laissez l’autre mal vous traiter

Vous avez tellement idéalisé la personne que vous pensez qu’en amour et avec cette personne en particulier, «tout vaut le coup», et que ce n’est pas grave si elle vous manque de respect, qu’elle changera etc. Au fond de vous, vous savez que ce n’est pas vrai et vous souffrez mais vous avez la peur terrible de lui faire face ou de stopper la relation. Et vous préférez supporter l’insupportable.

Vous êtes anxieux-se si cette personne n’est pas près de vous

Comme vous la vivez comme un besoin, vous avez peur que cette personne ne soit pas continuellement à vos côtés car cela signifie que vous pouvez la perdre ou que vous ne contrôlez pas ses allées et venues. C’est comme si vous ne trouviez pas d’eau pour boire et que vous étiez mort-e de soif. Vous serez tout aussi anxieux-se, à la différence près que l’eau est un besoin vital.

Vous sentez que la vie n’a pas de sens si elle n’est pas à vos côtés

Imaginez le futur sans cette personne. Vous ne préférez pas le faire car cela vous fait froid dans le dos ? Vous pensez que sans cette personne, vous ne pourriez pas être heureux-se, vous ne pourriez profiter de rien, que vous resteriez seul-e etc. Ce sont pourtant des pensées complètement irréalistes, qui viennent de la croyance que vous avez besoin d’amour pour fonctionner. Mais dépendre, c’est pas la bonne option.

Vous n’êtes plus vous-même depuis que vous êtes dans cette relation

Vous ne faites plus de nouvelles activités ou de choses qui vous passionnaient avant et vous avez même cessé de voir autant vos ami-e-s. Aujourd’hui, vous préférez faire les choses qui plaisent à votre partenaire et vous vous êtes même plongé-e dans des activités que vous n’auriez jamais imaginé faire. En définitive, vous n’êtes plus la personne authentique que vous étiez avant, mais vous êtes devenu le-a siamois-e de votre compagnon/compagne. Et cela, au fond, vous rend vide.

Conseils pour cesser de dépendre

Si vous vous identifiez aux caractéristiques précédentes et que vous voulez sortir de cette cage dans laquelle vous vous êtes mis seul-e, il faudrait que vous affrontiez votre peur de la solitude ou du manque d’amour. Sachez que vous avez la clé pour cesser de dépendre, elle est dans votre poche. Alors, utilisez-la !

   * Modifiez ces pensées hyper-romantiques : le romantisme est joli et amusant à des doses normales du moment qu’on le contrôle. Mais s’il vous échappe des mains, vous pourriez arriver à penser des choses telles que : «sans toi, je ne vaux rien», «sans toi, je meurs», «ton absence me fait mal» etc. Ces idées, inculquées par notre culture, ne font rien d’autre que nous remplir d’anxiété face à la perception constante d’une menace de perte.
   * Vous n’êtes pas propriétaire de votre conjoint et vous ne lui appartenez pas non plus : même si vous dites «mon copain/ma copine», «mon/ma conjointe», «mon mari/ma femme», ce «mon» ou «ma» n’est rien d’autre qu’un moyen de communiquer. Mais la réalité, c’est que cette personne est libre, elle ne vous appartient pas. Elle est arrivée dans nos vies car elle l’a voulu et elle peut en sortir dès qu’elle le souhaite, que cela nous plaise ou non. Alors, commencez à vous décoller et à comprendre que même si c’est votre partenaire en ce moment et que vous partagez votre vie, ce sera peut-être un jour une personne de plus dans le monde, et vous y survivrez.

   * Revoyez vos croyances :Pourquoi est-ce nécessaire de recevoir l’amour de cette personne ? Que faites-vous avec cet amour ? Pourquoi le voulez-vous ? Vous apporte-t-il de la satisfaction et du bien-être ou cela va-t-il plus loin ? Où est-ce écrit que vous avez besoin de votre conjoint pour être heureux-se ?
   * Modifiez votre comportement : une fois que vous avez travaillé ces pensées et ces croyances irréalistes, il est nécessaire de mettre cela en pratique dans votre comportement. Cessez de vérifier en permanence où se trouve votre conjoint, cessez de lui donner des explications qui ne mènent à rien.
   * Profitez de sa compagnie mais aussi de votre propre compagnie, aussi bien avec d’autres personnes que seul-e. Faites ce que vous aimez faire et non pas ce que vous devez car vous êtes avec lui/elle. Si votre partenaire accepte votre nouveau changement, ce sera merveilleux. S’iel ne l’accepte pas, partez en courant ! Cette personne n’est pas digne de vous si vous en avez besoin. Dépendre de quelqu’un n’est pas nécessaire pour être heureux-se.

https://nospensees.fr/

amour relation croyances limitations pensées aimer couple solitude manque d'amour dépendre restrictions moitié

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau