Cooltext157743902330920                                                                                         

 

L’art comme pansement de l’âme

 

ArtAimez l’art pour lui-même et alors tout le reste viendra à vous . (Oscar Wilde)

L’art m’a beaucoup apporté… J’ai appris tant de chose grâce à lui, j’ai vécu tant d’expériences uniques en sa compagnie…

Au travers de l’art, j’ai senti que je me connectais avec le monde, avec l’artiste, avec l’humanité… C’est comme si un fil invisible nous unissait, tout en étant à des kilomètres.

Au travers de l’art, j’ai compris que les sentiments sont universels et que où que nous soyons et qui que nous soyons, nous expérimentons tous l’amour, la tristesse, la joie, la honte, etc.

La seule différence, c’est que pour chacun d’entre nous, ils apparaissent sous un type de stimuli différent. Tous ces sentiments et toutes ces émotions, nous pouvons les ressentir au travers d’une œuvre.

L’art a été mon baume et mon refuge à de nombreux moments de ma vie où je pensais que l’être humain n’était qu’imperfections, et que rien ni personne ne valait réellement la peine.

Je me rendais alors au Musée pour contempler des œuvres, et dans ces moments, je ressentais le «Syndrome de Stendhal» qui me libérait de la douleur…

En fait, j’aurais vraiment aimé avoir des dons d’artistes, pouvoir m’exprimer au travers d’un tableau, d’une sculpture ou d’un poème, car cela doit être une sensation merveilleuse et unique.

Mais je me conforme de pouvoir l’aimer et en profiter, même si je me mets à créer «mon art», celui qui me sert à m’exprimer…

Nous vous invitons à regarder cette vidéo et écouter cette musique pendant votre lecture de cet article.
 



 
Ces mots pourraient être le témoignage de n’importe quelle personne aimant l’art, et ils nous servent d’introduction pour parler d’un travail très intéressant, présenté il y a quelques années par un groupe de chercheurs norvégiens dirigés par Koenraad Cuypers.

L’étude a été développée auprès de presque 51.000 personnes et publiée dans le «Journal of Epidemiology and Community helt».

Selon Cuypers et son équipe, peindre, écrire, se rendre à une exposition ou jouer d’un instrument, sont des activités qui nous rendent plus heureux et plus sains.

L’une des conclusions les plus curieuses de l’étude révèle que les hommes sont plus heureux et ont une meilleure santé lorsqu’ils consomment de la culture que lorsqu’ils sont eux-mêmes créateurs.

Pour les femmes, c’est le cas contraire. La créativité, le fait de réaliser par elles-mêmes l’activité artistique les satisfait plus que la contemplation ou la consommation d’art.

Face à cette observation, et en prenant en compte que nous vivons dans une société où la dépression et l’anxiété sont à l’ordre du jour, lorsque nous devons aller chez le docteur pour chercher notre prescription de prozac ou d’anxiolytiques, il serait bon que celui-ci nous fasse quelques recommandations en accompagnement de notre traitement.

Ces recommandations pourraient bien être les suivantes :

«Je vais baisser votre dose, et en passant, je vous recommande les dernières expositions qui se présentent en ville. J’ai déjà vu celle-ci et celle-ci, elles sont vraiment bien» ou «Je vous recommande ce livre de poésie» ou encore «Prenez un cours de danse du ventre, ils viennent d’ouvrir cette activité dans le quartier»…

Qu’en pensez-vous ?

A quoi sert l’art ?

– Extérioriser les frustrations et les émotions réprimées.

– La danse par exemple est très utile pour les personnes souffrant de troubles alimentaires, car elle leur permet de se voir sans cesse dans le miroir pour contrôler les mouvements de leur corps, et les aide ainsi à s’accepter.

– La musique est capable de calmer certains maux grâce à ses propriétés relaxantes.

– La peinture et la sculpture aident à calmer l’anxiété, le stress et la peur.

– Le théâtre est particulièrement recommandé pour les personnes souffrant de problèmes d’estime de soi car il booste la confiance.

– La photographie est indiquée pour les personnes souffrant des problèmes déjà évoqués ci-dessus, mais souffrant également de passivité.

L’important c’est que la personne se sente à l’aise avec l’activité qu’elle réalise, et non mal à l’aise ou forcée.

D’autre part, l’art nous aidera à connaître et explorer notre partie créative, à développer notre potentiel et la connaissance de nous-même, et il sera une ressource utile pour faciliter notre expression et notre communication avec les autres.

A vous de jouer, découvrez l’art !
 

lumière amour ame joie bonheur art peur sentiments connection tristesse pansement

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau