Cooltext157743902330920                                                                                         

 

On ne peut pas revenir en arrière après avoir ouvert les yeux

 

Homme yeux caches

Il y a des blessures qui, au lieu de nous ouvrir la peau, nous ouvrent les yeux. Quand cela arrive, il n’y a pas d’autre option que de prendre les morceaux brisés de son bonheur perdu pour recomposer sa propre dignité. Un amour propre nécessaire pour aller de l’avant la tête haute et le regard ferme, sans regarder derrière, sans mendier de réalités impossibles…

Cet acte de découverte ou de prise de conscience d’une vérité n’arrive pas toujours à la suite d’un acte douloureux qui nous frappe sans prévenir et sans anesthésie. Parfois, il arrive de manière sybilline, comme une rumeur discrète mais persistante qui finalement, nous convainc de quelque chose que nous suspections déjà depuis le début.

«La vérité se dilue et ne casse pas, et marche toujours sur le mensonge comme l’huile sur l’eau.»
-Miguel de Cervantes-


Dans une conception plus spirituelle, il est fréquent de parler de  «troisième œil». C’est sans aucun doute un concept intéressant et curieux qui provient de cette même idée. Pour le bouddhisme et l’hindouisme, dans cet œil, se situe notre conscience et cette intuition qui favorise un bon réveil personnel. Un nouvel état d’attention grâce auquel nous pouvons percevoir certaines choses qui nous échappent à d’autres moments.

Car c’est peut-être le plus grand problème que nous avons : nous regardons mais nous ne voyons pas. Parfois, nous nous laissons emporter par notre routine jusqu’à nous installer dans l’insatisfaction. Il est aussi fréquent de nous laisser attraper dans certaines relations dans lesquelles nous donnons tout, sans percevoir que ce que nous obtenons en échange est le venin du malheur.

Ouvrir les yeux à ces réalités n’est pas un simple réveil à la conscience, c’est un acte de responsabilité personnelle.

Nous regardons mais nous ne voyons pas : c’est le moment d’ouvrir les yeux

Aristote a dit un jour que nos sens se limitent à capter l’image du monde extérieur comme un tout. Ainsi, il n’y a que quand il y a une volonté claire que nous pouvons voir la vérité, car c’est là que l’esprit prend contact de manière authentique avec ce qui l’entoure et avec ses détails révélateurs.

Obtenir cela n’est pas facile. Car on a besoin d’intentionnalité, d’intuition, de sens critique et avant tout de courage pour voir les situations et les circonstances réelles, et non pas comment nous aimerions qu’elles soient. Dire que beaucoup d’entre nous marchons dans la réalité avec une bande sur les yeux peut sembler un peu désolant, mais quand les personnes consultent un thérapeute dans le but de trouver l’origine de leur anxiété, de leur fatigue, de leur mauvaise humeur et de cette apathie qui les prive de leur moral et de l’espoir, le professionnel fait plusieurs découvertes.

L’une d’entre elle est la résistance de fer face au fait de voir les choses telles qu’elles sont en réalité. «Mon conjoint m’aime. Oui, parfois, il me traite mal mais ensuite, quand nous résolvons les choses, il redevient cette personne merveilleuse qui m’aime tant». «Oui, finalement j’ai dû quitter cette personne car elle ne convenait pas à mes parents, ils ont toujours su ce qui était le meilleur pour moi…»

Nous refusons souvent de voir les choses telles qu’elles sont pour de nombreuses raisons. Par peur de nous voir nous-même et de nous découvrir, par peur de devoir affronter une vérité, par peur de la solitude, par peur de ne pas savoir comment réagir… Ces résistances psychologiques sont des obstacles mentaux : des palissades qui agissent comme des mécanismes de défenses qui éloignent du bonheur.

On peut ne pas oublier que le bonheur est, avant tout, un acte de responsabilité. Car quand on finit par y arriver, quand on parvient à ouvrir les yeux, il n’y a plus de retour en arrière : c’est le moment d’agir.

Lisez aussi : Je me suis fait un nœud dans les cheveux avec le bandeau que j’avais sur les yeux

Comment apprendre à ouvrir les yeux ?

Pour apprendre à ouvrir les yeux de manière simple, pratique et utile, il faut accorder du repos à notre esprit. Nous savons que cela peut sembler paradoxal mais il ne s’agit pas du tout de le taire, de l’éteindre ou d’enlever les clés du moteur de nos processus mentaux. Il s’agit tout simplement de décélérer, pour allumer ce «troisième œil» dont parlent les bouddhistes.

«L’essentiel est toujours invisible pour les yeux.»
-Le Petit Prince, Antoine de Saint-Exupéry-


Voici les étapes à suivre :

   * Mettez-vous dans un lieu de détente, sans stimulations qui captent l’attention de vos sens physiques (sons, odeurs, sensations physiques de froid, épuisement ou pression de l’entourage…)
   * Quand nous essayons de tranquilliser l’esprit, il est normal que de gênantes pensées automatiques et sans utilité fassent irruption immédiatement : choses que nous avons faites, que nous avons dites, qui nous sont arrivées, que d’autres nous ont dites…
   * À chaque fois que l’une de ces pensées intrusives arrive jusqu’à vous, visualisez une pierre lancée dans un étang. Imaginez son impact contre la superficie de l’eau et ensuite, sa disparition.
   * Au fur et à mesure que vous parvenez à contrôler et à éloigner les pensées automatiques et sans utilité, d’autres pensées arriveront petit à petit. Celles dans lesquelles s’inscrivent les peurs, les gênes, et même ces images qui sont gravées dans notre subconscient et celles auxquelles nous n’avions pas prêté attention (un faux sourire, un regard péjoratif…).
   * C’est le moment de réfléchir à ces sensations et à ces images pour nous demander pourquoi elles nous font du mal. L’important dans cette phase, est d’éviter les justifications et les jugements rapides (mon conjoint m’a dit cette phrase de mépris sûrement parce que je l’ai provoqué). Nous devons voir les choses telles qu’elles sont, même si elles paraissent crues, même si nous découvrons qu’elles sont terriblement douloureuses.

Pour que cet exercice mène à des résultats et nous permette d’ouvrir les yeux, nous devons le pratiquer au quotidien. La vérité montera tôt ou tard jusqu’à nous pour nous enlever la bande du cœur et les verrous derrière lesquels nous étions prisonnier-ère et insatisfait-e.

Après tout cela, nous ne serons plus les mêmes et il ne restera qu’une option, une sortie et une obligation personnelle : regarder devant soi, vers notre propre liberté et bonheur. Rester derrière soi sera dès lors interdit.

Image de Kelsey Beckett

Source: https://nospensees.fr/

revenir arrière ouvrir les yeux blessures troisieme oeil attention percevoir relations résistance

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau