Cooltext157743902330920                                                                                         

 

La thérapie d’Âme à Âme

Kuan Yin, transmis par Pascale Arcan

« Bien chers tous, je vous salue dans la grâce que vous représentez et dans la beauté de Qui vous êtes. Il est toujours très important pour moi de venir ponctuellement dans ce lieu de rencontre et d’intervenir au nom de tous les libérateurs de Lumière, de tous les semeurs de paix, d’harmonie et de santé.

 

Je sais que bon nombre d’entre vous ont maintenant pris l’habitude de vérifier leur état de santé avant de poser les mains sur un patient ou un malade. Je vous remercie vivement d’avoir bien voulu faire les introspections qui vous ont été demandées afin d’apparaître, devant ceux qui souffrent ou ceux qui sont dans le besoin, comme des êtres purifiés et immensément lumineux.

Nul doute que vous continuerez sur cette voie et que vous appliquerez vos mains de lumière sur les êtres fragilisés, dans la peine, ou simplement ensevelis sous le poids de la maladie. Nul doute, aussi, que vous vous souvenez pertinemment que j’ai déjà demandé que vous preniez soin d’opérer votre thérapie en faisant celle-ci d’Âme à Âme. Il est toujours aussi impérieux de considérer la personne qui vous demande de l’aide, non seulement comme un individu unique, mais aussi comme une parcelle divine de la matrice de tout ce Qui est. Je sais aussi que vous avez cessé tout jugement quel qu’il soit quand vous recevez tels patients et, qu’au contraire, vous prenez chacun dans son individualité et que vous le « traitez » avec la plus grande attention.

Aujourd’hui, je voudrais me permettre d’ouvrir une parenthèse supplémentaire et vous guider vers un nouvel aspect de la théorie de la guérison. Après avoir su plonger votre regard intérieur et reconnecter celui-ci à l’âme divine de l’être en souffrance, vous allez essayer de joindre votre cœur au battement de celui ou celle qui vous fait face. C’est donc de cœur à cœur que va s’exercer cette nouvelle manière d’opérer et que vous allez offrir ce que vous nommez « énergie » à l’autre par cet intermédiaire. Ainsi, je préconiserai qu’une introspection, une reliance, un ancrage se fasse avant de vous immerger à l’intérieur de l’Âme comme à l’intérieur du cœur de celui qui vous rend visite.

Peut-être qu’il ne vous sera pas aisé, au début, d’aller à la rencontre de ce cœur en souffrance qui vient vous quémander de l’aide. Pourquoi ? Parce que le plus souvent vous avez tendance à sous-estimer la maladie et que vous vous arrêtez au symptôme du corps physique, en oubliant que tout mal-être a sa résonance psychologique. Et quelqu’un qui souffre a, sans s’en rendre compte, fermé son chakra cardiaque pour ne point endurer davantage. Il vous incombera de déverrouiller les volets qui ont été ainsi fermés à toute agression extérieure ou à toute souffrance intérieure. C’est par la petite fenêtre de ce cœur endolori qu’il va vous falloir pénétrer. De quelle manière allez-vous procéder ? Comme je vous l’ai mentionné plus haut : de cœur à cœur. Et quelle est cette énergie qui va de pair avec ce centre cardiaque, si ce n’est autre que l’Amour ?

Vous avez ainsi parlé à l’Âme par votre vision intérieure et vous allez parler à ce cœur avec votre Amour. Je ne vous demande pas d’exprimer un amour superficiel que vous pourrez redistribuer à chacun des patients venant vous consulter. Mais je vous suggère d’exprimer l’Amour avec un « A » majuscule, celui que, maintenant, vous savez posséder à l’intérieur de la Divinité que vous représentez. Cet Amour peut être mêlé à la lumière de votre aura, peut être mêlé à la couleur que vous représentez, ou peut être mêlé à l’un des Personnages qui expérimente en même temps que vous un autre plan de conscience, une autre vie, peu importe. Si, quand vous avez envie de commencer votre thérapie, vous pensez qu’il est bien de vous relier aux autres parties de vos incarnations, faites-le. Et de la même manière, faites entrer en vous toute la puissance, la force et l’Amour de Qui vous êtes en totalité. Vous voilà fin prêts pour pouvoir, par le regard, par l’expression de votre pensée, par votre vocabulaire choisi, ou simplement par votre main, offrir à l’autre l’Amour véritable de Qui vous êtes.

Ne forcez pas la porte si vous sentez que la personne en face de vous se trouve désemparée ou se sent en danger. Entourez-la uniquement de cet Amour et laissez faire. Celui-ci, ainsi déposé dans toutes les particules de lumière de ses corps subtils, percera à un moment donné la carapace que le patient a construite, souvent sans s’en rendre compte. Si, par contre, vous rencontrez quelqu’un qui, se laissant aller, accepte de recevoir votre pur Amour, offrez-le lui sans retenue. J’ajouterai que vous pouvez ainsi travailler par l’intermédiaire du regard, des mots, des mains, mais n’oubliez pas que tout instinct humain offre ou recueille l’Amour lorsqu’il se relie à l’autre dans une étreinte.

Pouvez-vous imaginer quels bombardements d’énergie, et surtout de sensations, pourraient être apportées à un personnage fermé ou en souffrance, si vous osiez le prendre dans vos bras et le bercer tout doucement. Je sais qu’il existe certaines thérapies qui permettent ce genre de « balancing » et qui offrent aux malades la possibilité de retrouver la douce caresse d’une mère, la tendresse infinie d’un bercement qui rassure, qui calme et qui endort. Vous comprenez sans doute volontiers qu’il vous sera probablement compliqué d’exécuter ce genre de prouesse si vous ne possédez pas l’élan et la facilité d’aller vers l’autre. Mais aussi si vous avez quelques difficultés à supporter le contact du corps à corps avec quelqu’un. Ce n’est pas grave si vous ne réussissez pas aussitôt à étreindre un parfait inconnu. Je vous suggère de commencer ce genre d’attitude, ne serait-ce que pour vous habituer, par le tester au sein de votre famille, de vos proches ou de vos amis. Votre corps physique et vos corps subtils s’habitueront ainsi, peu à peu, au contact de l’autre quelles que soient ses mensurations, son empathie ou au contraire son antipathie.

Je vous promets que ce genre d’expérience remettra en place certains blocages, qu’ils vous soient propres ou non. Il est extrêmement difficile de caresser quelqu’un quand on n’a pas eu l’opportunité d’être câliné, surtout lors de votre petite enfance.

Ce genre de sensations risque de mettre en branle votre propre émotionnel et vous saurez, alors, qu’il est peut-être préférable de commencer par vous guérir vous-même avant d’offrir la guérison aux autres. Et nous en revenons toujours au même embarras : c’est-à-dire débuter par soi.

Peut-être que vous trouverez cela stupide ou peut-être pas, mais je vous propose d’emblée de commencer à vous exercer en vous prenant vous-même dans les bras et en vous balançant tout doucement, de droite à gauche, comme si vous vous berciez. Ceci vous fera peut-être rire, au début, mais je puis vous assurer que ce sera peut-être, réellement, la première fois que vous ferez un acte d’Amour véritable pour vous-même. J’attends de regarder avec délice ce que cette expérience vous offrira comme surprises.

Puis-je me permettre de rajouter encore quelque chose ? Il y a bon nombre d’entre vous qui décident, à un moment ou à un autre, d’exercer des fonctions de thérapeute et de se lancer ainsi dans la société. Je sais, par contre, que d’autres ont totalement refusé d’accepter de soigner de cette manière, car cela les obligeait à re-rentrer dans un moule social qu’ils avaient fui depuis longtemps. Je comprends aisément qu’il est particulièrement pénible, pour ceux qui se sentent marginaux, de réintégrer un pouvoir sociétaire qui vous oblige à payer des sommes phénoménales afin d’avoir le droit d’exercer vos fonctions. Pour l’instant, vous ne pouvez faire autrement que de choisir de ne pas vous mêler à ceux qui ont décidé de faire la course au rendement, mais d’user de vos « pouvoirs » en acceptant peut-être de travailler moins, mais mieux.

C’est ainsi que vous aurez recours, discrètement, au bouche à oreille afin d’obtenir, non pas une clientèle, mais simplement des gens désireux de s’offrir en douceur une possibilité nouvelle de guérison. N’ayez pas peur de faire fonctionner celui-ci, même s’il est inutile de faire circuler des petits bouts de papier contenant vos coordonnées précises. Une personne aidée ou guérie par vos soins aura tôt fait de raconter à une autre personne que vous pouvez apporter des résultats fiables et une aide non négligeable. Et ainsi, se construira une renommée, à l’abri de toute obligation et aussi rentable que si vous étiez inscrits au registre du commerce.

Je risque de choquer certains personnages bien-pensants en osant dicter ce genre de discours. Pourtant, je crois qu’il est nécessaire de protéger la partie non négligeable de ceux qui sont pourvus d’un potentiel énorme, mais qui ne peuvent offrir leur science au détriment de cotisations insupportables. Ce n’est pas en épuisant ceux qui ont peu que l’on arrive à réaliser sur ce plan terrestre l’harmonie vers laquelle chacun de vous désire se diriger. Faites confiance à ceux qui viendront vous consulter pour propager autour de vous vos qualités, votre dévouement et surtout l’Amour immense qu’ils ont ressenti à votre contact.

Parfois, un sourire suffit pour guérir. Parfois, une main sur une épaule suffit à enlever les souffrances. Parfois, un mot prononcé peut amener une confession. Parfois, et souvent, un Amour offert fait de multiples miracles. Alors, je vous en prie, ne vous privez pas d’offrir, à tous ceux qui viendront vous voir pour quelque chose qui leur fait mal ou qu’ils ne comprennent pas, ce potentiel d’Amour immense que vous gardez souvent égoïstement dans votre cœur pour une unique personne.

De temps en temps, vous trouverez même sur votre route des personnages se disant en parfaite santé mais, votre perception aiguisée vous fera reconnaître que ceci n’est qu’une façade de protection. Alors peut-être, le Verbe prononcé, la main tendue, le sourire avenant, et un mot d’Amour dans une merveilleuse Rose rouge sortira de votre bouche et viendra se poser sur la Rose du cœur de celui ou celle en face de vous. Voilà comment s’accomplissent ces fameux miracles. Lorsqu’on ne cherche pas à faire autre chose que l’on ne sache faire, à être autrement que comme l’on est : Amour.

Un bien grand mot qui aura fait couler de l’encre, user de la salive, pleurer souvent, mais que tout un chacun désire, au plus profond de son cœur, connaître tout le long de sa vie. Alors, ne le cherchez plus. Non seulement vous le détenez en vous depuis la nuit des temps, mais en plus, vous en êtes la source même. Vous ne pouvez nier, ni oublier que, connaissant votre appartenance à cette immensité, à la source première, votre potentiel est parfaitement illimité. Le fait que vous arriviez ou non à être efficaces dans vos soins n’a aucun rapport avec ceci. Vos limitations restent terrestres et c’est simplement et continuellement un manque de confiance absolue en votre force et en votre puissance. Voyez donc ce qu’il vous manque pour réaliser pleinement cette merveilleuse offrande de votre personne dans le pouvoir de guérison de l’autre.

Certains diront que je n’ai pas donné de baguette magique spéciale dans ce volume. Ce sera alors qu’ils n’auront pas compris que la magie ne peut s’opérer que lorsque l’Amour est présent. D’autres auront des difficultés à mettre en application cette discipline. Je comprends parfaitement et désire uniquement qu’ils pensent à se dorloter, à se cajoler, à se bercer, à s’aider. Décidément l’Amour va continuer à alimenter nombre de chapitres de livres. Mais qu’importe s’il est nécessaire de répéter inlassablement qu’il n’existe qu’une seule vérité : l’Amour. Lorsque chacun aura saisi la valeur intrinsèque de ce mot mais surtout sa puissance immense, tout sera accompli. Vous n’aurez plus besoin que j’intervienne d’une quelconque manière pour vous aider à envisager d’autres façons de procéder dans l’art des soins. Vous aurez enfin la possibilité d’offrir le meilleur de vous-même à chaque visiteur, même si votre salle d’attente est envahie du matin au soir. C’est tout le plaisir que je vous souhaite. Je ne vous demande donc pas de vous armer de courage ni d’appliquer des méthodes compliquées et fastidieuses. Je vous prie simplement de reconnaître votre unicité, votre grâce sublime, votre pouvoir d’Amour immense et de l’appliquer au quotidien.

Pour tout ceux qui aimeraient se lancer dans le don, le soutien aux autres et la guérison, il vous suffira de m’appeler tout doucement pour que je comprenne que vous avez, momentanément, besoin de mon aide. J’interviendrai alors et vous tiendrai la main durant quelque temps. Et c’est vous qui, à un moment donné, me demanderez de la lâcher. Je ne suis pas plus indispensable que tout autre personnage vivant dans n’importe quel autre lieu. Je suis simplement porteuse de nouvelles et c’est en ce sens que je me permets de venir vous visiter de temps à autre. Je ne manquerai pas de revenir m’asseoir autour de cette table ronde, car c’est un plaisir immense que de goûter cet Amour extrême qui émane de cette assemblée belle et unique.

Je salue, en face de moi, la Femme de bonne volonté qui écrit et retranscrit avec assiduité tout ce que vous lirez, très prochainement, dans vos recueils. Ne voyez là aucune notion de préférence, aucune faveur. A sa manière, elle est aussi une thérapeute puisqu’elle permet aux âmes en errance, comme aux Anges réveillés, de trouver une nourriture digne de ce que chacun de vous représente, et à la hauteur de votre appétit vorace.

Que ces quelques mots, que j’ai portés à votre attention, aillent simplement se glisser à l’intérieur de votre cœur, par la porte que vous avez laissée béante. C’est ainsi que vous manifestez avec le plus de splendeur la réalité de Qui vous êtes. C’est avec un cœur grand ouvert que tout peut se construire, tout peut se changer, tout peut vivre.

Mes salutations à vous tous, renouvelées dans la Paix et dans la grandeur de Qui vous êtes. Que le mot et l’énergie « Amour » soient votre leitmotiv de tous les jours !

Ainsi, il adviendra avec douceur et volupté ce qui a toujours été prévu dans ce Plan divin de toute éternité. »

Kuan Yin

Message extrait du livre
Sananda « Transformation Planétaire »
Concile 4 – Tome 6 »
Transmis par Pascale Arcan
Editions HELIOS

© 2015, Recherche et transmission par Michel / Arcturius.
Partager en toute liberté en citant la source et Les Chroniques d’Arcturius
Utilisez toujours votre discernement par rapport à ces textes.
Vous avez un Libre Arbitre, alors servez-vous en!

énergie guérison lumière amour compassion ame coeur don sante maladie harmonie aimer source paix soutien therapie kuan yin

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau