Cooltext157743902330920                                                                                         

 

Pourquoi les vieilles âmes ne sont généralement pas acceptées par la famille et les amis

 

Solitude

 

William vit au Canada et a du mal à se sentir compris dans ses relations. Il nous a envoyé cette question et a élaboré certaines idées en partageant:

« Je sens que ma mère ne me comprend pas bien. J’ai tendance à être un intellectuel, toujours à la recherche de connaissances et de vérité, j’ai donc peu d’amis. Pourtant , je sens qu’elle ne fait que tolérer mes passions au lieu de les accepter ce qui est perceptible avec sa lecture d’ un livre intitulé « The Teenage Brain » quand je ne pense pas qu’il me représente. Ce livre décrirait plutôt une jeune âme. Que puis-je faire?

Il s’agit d’une excellente question que beaucoup de gens au cours de leur voyage de croissance personnelle et de maturité spirituelle poseront à un moment donné.

Pourquoi les vieilles âmes ne sont généralement pas acceptées par la famille et les amis :

L’ISOLEMENT DU CHANGEMENT

De par sa nature, le désir de grandir, de mûrir et de transcender vos normes sociales provoquera une résistance autour de vous. Tout type de changement semble menacer l’équilibre très fragile de la vie qui a été créé pour nous faire avancer à tâtons tout au long de notre vie.

Cet état proche du rêve est tellement répandu et accepté dans la société que si vous essayez de creuser et d’avoir une plus grande maturité vous serez réellement considéré comme «immature» par les autres.

Prenez par exemple nos idéaux culturels, nous cherchons à poursuivre une carrière afin de pouvoir obtenir une hypothèque pour acheter une grande maison et une voiture chère, nous marier et avoir des enfants. Souvent dans votre recherche de soi et la remise en question des croyances et des valeurs que vous détenez, vous déterminez que vous ne voulez pas contribuer au matérialisme de la société. À cause de ce processus de remise en question, vous prenez la décision de ne pas étudier pour poursuivre votre vraie passion en tant qu’artiste. Ou peut-être que vous décidez de ne pas avoir de relation amoureuse consciencieusement liée par un contrat religieux / politique et que la surpopulation est une épidémie dangereuse et que vous préférez rester célibataire et adopter un enfant à la place. En réaction à ces décisions, les gens qui vous entourent peuvent réellement percevoir votre comportement comme immature, craintif ou irresponsable.

Souvent , nous faisons face à ces problèmes de maturité / d’immaturité dans nos amitiés et nos relations. Par exemple, si vous êtes une personne auto-destructrice qui aime fuir la vie en prenant de la drogue avec des amis et puis un jour que vous décidez d’arrêter d’en consommer, vous aurez beaucoup de mal. Vos amis dépendent de vous pour continuer le comportement destructeur , car cela vous et leur permet de continuer de se complaire dans la misère commune, pour continuer à vous blesser pour vous réjouir dans le drame pour vous rassurer les uns des autres que c’est ce que vous valez. Grandir signifie ne plus s’intégrer, se faire de nouveaux amis, et faire face à des sentiments potentiellement blessés.

J’ai aussi vu beaucoup de mariages souffrir de problèmes de maturité / d’immaturité. Par exemple, dans un cas où un partenaire souffrait d’obésité, et l’autre partenaire lui servait de soignant. À partir du moment où la personne obèse a commencé à perdre du poids pour être en meilleure santé, la relation s’est effondrée. Pourquoi? Parce que la relation dépendait de la relation malade -soignant qui était désormais impossible.

À un certain moment, la perception du rêve que nous créons pour que notre vie et nos relations paraissent sûres et réconfortantes est brisée une fois qu’une personne ne se comporte pas comme elle « devrait » le faire. Nous ne pouvons pas être des machines, mais nous nous comportons souvent comme si nous en étions et c’est la soif de vérité dans la maturité spirituelle – qui voit à travers nos modèles mécaniques habituels, en décidant de les « bousculer », en les empêchant de stagner, et en poursuivant le courant de l’évolution spirituelle.

LA VÉRITÉ A UN PRIX

Certaines personnes diront que faire un voyage de développement spirituel, «avoir toujours soif de connaissance et de vérité», comme mentionné dans la question initiale, est un refuge pour éviter d’avoir à «grandir» et d’affronter le vrai monde. »

Même si dans certains cas, cet argument est valable, c’est beaucoup plus que ça. On nous apprend à croire que finalement notre but dans la société est d’être un membre «productif». Si par « productif », on entend garder le monde en cours d’exécution de la même façon depuis des millénaires indicibles ; rempli de guerres, de souffrances, d’inégalités, de destruction de l’environnement, d’ambitions superficielles, d’idolâtrie de la richesse matérielle, de récompenses de vie après la mort et de statut social – puis par tous les moyens être un « improductif », refuser d’être un autre « rouage » de la machine à rêves.

Si j’ai bien compris, le problème avec les autres personnes n’est pas tellement leur aversion d’être «immature» et égocentrique, car cela concerne la peur: la peur de ne pas vouloir se découvrir et de découvrir qui ils sont vraiment – et la rébellion de la vieille âme se reflète violemment sur eux, leur rappelant leur inauthenticité.

Vous vous heurterez à trois obstacles majeurs lors de la recherche de la vérité et cela va au-delà du »rêve collectif » ; Votre conditionnement social-économique, vos croyances religieuses et votre famille proche. La façon dont votre famille vous perçoit est peut-être ce qu’il y a de plus difficile à accepter si nous dépendons de nos parents pour l’ acceptation et l’ approbation. Malheureusement, comme notre famille est structurée de façon nucléaire (contrairement aux familles tribales traditionnelles), cela engendre du ressentiment et de la haine entre le parent et l’enfant, en particulier lorsque le parent porte de profondes blessures de base et qu’il veut que son enfant vive une vie en particulier.

QUELLE EST LA VÉRITABLE INTELLIGENCE ?

Beaucoup de gens qui se considèrent comme de vieilles âmes se considèrent aussi comme des intellectuels. Une des plus grandes vieilles âmes à avoir incarné cette identité intellectuelle était Socrate. Toute sa démarche dans la vie a été de sans cesse remettre en question le dogme, et les soi-disant «certitudes».

Socrate croyait que le but ultime de la raison et de l’auto-examen, était de découvrir ce qui est pur, bon, et sacré en nous tous ; ou en d’autres termes, notre plus grand potentiel. Il a appelé cela Agathon, ou le « Bien absolu. » Le Delphi Oracle l’a appelé « l’homme le plus sage d’Athènes» auquel il était opposé.

Après avoir parlé à quelques hommes sages dits locaux qui se sont avérés ne pas être si sages, il a finalement été d’accord avec l’Oracle uniquement grâce à sa fameuse déclaration, «Je sais que je ne sais rien. »
Socrate a déclaré son ignorance non pas pour dénoncer la connaissance, mais parce qu’il a compris qu’il y avait une forme de connaissance plus profonde au-delà du mental. Cette connaissance est une compréhension spirituelle qui va au-delà de l’esprit logique. Il savait que pour chercher la vérité, nous devions tout d’abord reconnaître et abandonner le faux.

Comme on pouvait s’y attendre, la communauté de Socrate n’a pas été satisfaite par l’ambiguïté de ses enseignements et de la façon dont il a influencé la jeunesse pour devenir des libres penseurs. Lorsque le jury athénien a donné trois choix à Socrate : renoncer à la pratique de la philosophie, quitter Athènes, ou mourir, Socrate a choisi la mort. Son dernier acte est devenu son enseignement le plus ambigu et le plus éloquent comme il l’a expliqué, «La vie sans examen ne mérite pas d’être vécue. »

LA RECHERCHE DE L’ACCEPTATION

Le secret pour faire fonctionner en douceur les relations avec d’autres personnes n’est pas de leur apprendre à nous accepter tels que nous sommes, mais d’avoir une si grande acceptation de soi que nous acceptons la façon dont ils nous voient.

Essayez de penser aux formes d’amour les plus pures et les plus inconditionnelles, comme celles données par les enfants ou les animaux domestiques. Ils nous aiment exactement pour qui nous sommes sans aucune attente ou désir de nous changer. Mais en tant qu’humains, nous créons ces idées de perfection pour l’autre; comment nous devrions être et comment l’autre personne devrait être, ce qui explique pourquoi beaucoup de nos relations finissent par nous décevoir.

Si nous avons un partenaire qui ne ressemble pas à ce que nous voudrions, nous avons la liberté de trouver quelqu’un d’autre. Mais avec les parents et les membres de la famille proche, que pouvons-nous faire ?

Tout d’abord, il faut prendre conscience que chaque personne vit généralement en regardant le monde à travers ses propres lentilles de rêve. Cette prise de conscience nous donne l’opportunité de nous rendre compte que nous ne pouvons pas les changer. Sachant cela, nous pouvons essayer de trouver de nouvelles façons d’avoir une conversation à cœur ouvert pour expliquer nos sentiments, notre point de vue sur la vie et partager nos expériences. Si la communication verbale n’est pas votre fort, écrivez une lettre ou faites une vidéo.

Si tous les efforts sont vains, au moins vous saurez que vous avez fait de votre mieux pour respecter votre partie de la relation, et que vous ne contrôlez pas l’autre partie. Que cette relation soit avec votre mère, père, frère, ami, un partenaire ou un enfant, les accepter c’est savoir qu’ils sont entièrement responsables de la moitié de la relation et respecter ce qu’ils font.

C’est la seule façon de trouver la paix dans une relation.

Les vieilles âmes, par Mateo Sol

http://www.espritsciencemetaphysiques.com/les-vieilles-ames-pas-acceptees.html

vieilles âmes Accepter famille amis comprehension relation remise en question croyances verite prix acceptation approbation intelligence communication socrate amour

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau