Cooltext157743902330920                                                                                         

 

Ecraser l'Ego

  • Par reikiland
  • Le 01/09/2013
  • Commentaires (0)






Ne vous sentez pas concernés par le titre de l'article. L'égo n'est pas un ennemi à abattre, un monstre "intérieur" qu'il faut contrôler et asservir. De ce fait, écraser l'égo ne peut être considéré comme un objectif spirituel, comme si il y avait des méthodes pour y parvenir. Chercher à combattre, éliminer l'égo revient à se battre contre soi-même. On s'y perdrait plus qu'autre chose.

Ce n'est pas un combat contre cette part de nous-mêmes qu'il faut engager. Il s'agit en fait de discerner ce qui vient de l'âme et de l'égo, de créer une Volonté qui dépasse l'égo et ses illusions. Nous venons donc à discuter de la nature même de l'égo, sans trop entrer dans les détails.

Pour faire simple, l'égo désigne l'ensemble des mécanismes mentaux auxquels nous nous soumettons mais qui voilent profondément notre nature véritable, notre liberté d'être et d'agir. Ce n'est pas vraiment une conscience ou entité distincte qu'on aurait crée et qui régirait notre vie selon un certain automatisme, du moins d'après mon expérience.

Je suis d'accord pour dire que c'est une sorte d'automatisme mental, comme un robot qui est fabriqué selon une certaine finalité, mais qui n'a aucune conscience de lui-même. Cependant, ce n'est pas une "conscience" ou une "entité". C'est un moi fabriqué depuis notre plus tendre enfance. Ce moi est donc marqué par les épisodes de vie, des souvenirs, des croyances etc.

L'égo est le siège des conditionnements sociaux, de notre individualité humaine, de notre identité. Si vous dîtes "je suis Mélissa", c'est l'égo qui parle, qui croit être un moi distinct de tous les autres mois. Nous vivons en nous identifiant à une certaine identité, ou personnalité. Si je me regarde dans le miroir, je vais dire que c'est moi, Mélissa.

Pourtant, l'égo fait partie intégrante de l'expérience humaine. Il reste que nous aurons toujours une identité dans un but accessoire (car c'est pratique d'identifier chaque individu pour communiquer par ex), un passé vécu etc. C'est pour cette raison que je pense qu'on ne doit pas combattre l'égo, cela reviendrait à nier son humanité.

Toutefois, cet égo veut survivre avec son identité, il tient fermement à ce à quoi il s'identifie. Comme chacun est différent, un égo peut avoir des manières innombrables pour se maintenir dans ses illusions. Certains sont profondément nostalgiques, regrettant leur passé et s'identifiant profondément à leur vécu. D'autres s'identifient plutôt à des possessions matérielles, à un projet en particulier, à une reconnaissance sociale etc.

Il peut être source de gratifications quand il a ce qu'il veut, mais aussi de grandes souffrances quand pour une raison ou pour une autre, il n'a pas ce à quoi il s'accrochait ou s'identifiait. Tristesse, chagrin, manque, colère, orgueil, arrogance, possessivité, narcissisme etc.

Je le répète pourtant, ce n'est pas un affreux méchant à abattre. Il faut prendre e temps de s'observer et de se connaître en profondeur. On dit que des fois des mauvaises choses nous arrivent, que si cela nous arrivait plutôt, on serait heureux, qu'on doit être ceci pour se sentir bien etc.

Pour ceux qui ressentent l'appel de s'en libérer, le but n'est pas non plus de couper la source de ce qui alimente l'égo. Si il tient à son passé, c'est pas la mémoire qu'il faut aliéner, mais plutôt tourner la relation avec sa mémoire à son avantage. Au lieu de juger que cet événement fut terrible et qu'un autre joyeux, il convient de considérer les souvenirs d'un niveau égal, sans refouler sa sensibilité ou son émotivité.

C'est la sagesse et le discernement qui permettent de reconnaître les manifestations de l'égo ou de ce qui ne nous porte pas et donc de dépasser ses illusions, ce qui permet l'action juste e vraie. Il faut plutôt tourner l'égo à son avantage, en l'exploitant afin de favoriser l'essor d'une Volonté dénuée de vices et d'illusions.

L'égo fantasme, élucubre, rêvasse, se complait. L'âme est droit et noble. Elle sait ce qu'elle veut et comment y parvenir. Elle écrase l'égo dans le sens où sa Volonté est bien plus puissante que celle de l'égo. La raison en est simple.

L'âme se lie à la Divinité. Or la Divinité est de toute éternité, c'est ce qui est toujours au-delà de toute condition matérielle ou spatio-temporelle. Elle est Paix inconditionnelle, Puissance, Force inébranlable. Elle s'attache à sa réalisation spirituelle et à son état d'être. En revanche, l'égo s'attache à des choses éphémères et se perd en elles au lieu de s'en servir comme moyens d'expression comme l'âme.

La Volonté de l'égo est disparate, pas maîtrisée, mentale, limitée, peut être perverse, narcissique, impulsive, ignorante etc. La Volonté de l'âme suit une ligne tout tracée et rien ne peut las dévier de sa trajectoire.. Elle est fluide, dénuée de vices et a pleinement consciente d'elle-même, harmonieuse, posée, sage, illimitée, prend en compte le Tout.

Ainsi, en manifestant une Volonté en harmonie avec son âme, l'égo et sa volonté sont écrasés, en étant exploités, de manière indirecte.

http://the-dark-deity.overblog.com/tag/connaissance%20et%20maitrise%20de%20soi/

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau